Le rôle de proche aidant peut être très exigeant autant au niveau psychologique que physique, sans parler de l’impact financier des pertes de revenus engendrées par l’absence au travail. Peu de gens savent qu’il existe des mesures de soutien financier mises en place par les différents paliers gouvernementaux.

Un récent article du magazine L’actualité explique comment ces mesures peuvent alléger le fardeau fiscal des proches aidants. En voici un résumé :

Québec

Depuis 2018, au Québec, le crédit est ouvert aux personnes aidantes qui ne cohabitent pas avec la personne aidée. Toutefois, la personne aidée doit être atteinte d’une déficience grave et prolongée, et elle doit avoir besoin d’assistance pour accomplir une tâche courante de la vie quotidienne.

Pour établir le crédit, on prend en considération le revenu de la personne aidée. La somme versée peut s’élever jusqu’à 1 266 dollars (déclaration de 2021). Si le revenu de la personne aidée excède 22 460 dollars, le crédit est réduit. Il est doublé si la personne proche aidante habite avec la personne aidée. Le conjoint de la personne aidée est reconnu comme personne aidante depuis 2020.

Le crédit ne tient pas compte du revenu de la personne aidante.

Les personnes aidantes qui cohabitent avec un proche âgé de 70 ans ou plus qui n’est pas le conjoint et qui ne souffre pas d’une déficience grave ou prolongée peuvent recevoir une somme de 1 266 dollars.

Il existe également un crédit d’impôt pour maintien à domicile auquel les personnes de 70 ans et plus sont admissibles.

Ottawa

Le crédit canadien pour aidant naturel s’applique pour une personne aidante qui prend soin d’un adulte à charge de la famille (ou de celle du conjoint) avec une déficience mentale ou physique que cette personne réside ou non avec la personne aidante. Si la personne à charge a un revenu net supérieur à 17 256 dollars, le crédit de la personne aidante diminue, jusqu’à être nul lorsque le revenu net de la personne à charge atteint 24 604 dollars (déclaration de 2021).

On pense ici à un parent, un grand-parent, une sœur, un frère, une tante, un oncle, une nièce ou encore un neveu d’âge adulte. Le crédit peut atteindre 920 dollars au Québec.

S’il s’agit d’un époux, d’un conjoint de fait ou d’un enfant mineur ayant une déficience, d’autres modalités s’appliquent.

L’Agence du revenu du Canada pourrait par ailleurs demander une note signée d’un médecin attestant la date où la déficience a